Vous pensez que vous n'êtes pas photogénique ?

Après le sempiternel “Quand j’aurai perdu 10 kilos », la raison la plus invoquée pour éviter les appareils photo c’est « je ne suis pas photogénique ». Je sais que vous le répétez sans cesse, que vous vous crispez dès qu’on braque un appareil dans votre direction, que parfois vous refusez même carrément qu’on vous prenne en photo. C’est un jugement sans appel de votre part : personne ne peut prendre une bonne photo de vous!

 « challenge accepted! »… (merci de remplir le formulaire sur la page d’accueil! Lol)

En fait, ce que j’entends derrière le « je ne suis pas photogénique », c’est « je ne m’aime pas en photo ». Ce qui revient à dire tout simplement « moi, je ne m’aime pas ». Alors là, pour la suite, je vous recommande d'écouter le Tedtalk que j’ai donné sur la scène du TEDxMontrealWomen en octobre 2016…

Si on en vient à se dire de telles choses, c’est parce que la photographie nous confronte à notre reflet : elle nous montre ce que nous percevons comme des défauts (qui sont souvent juste dans notre tête d’ailleurs), toutes ces choses que l’on n’aime pas, parfois de façon brute. Et après ce jugement personnel sans appel, vient le réflexe de survie : le rejet en bloc…

Et dans la société hyper narcissique dans laquelle nous vivons, le rapport à son image devient crucial.

Si on y réfléchit un instant, on s’aperçoit qu’on a souvent la même réaction lorsqu’on entend sa voix sur le répondeur. Un sentiment de malaise s’empare de nous, suivi de « j’aime pas ma voix » (ben voyons! Le contraire m’aurait étonnée!). Une fois qu’on a fini de s’autoflageller psychologiquement, il faut reconnaitre que cela est dû en grande partie au fait qu’on ne se voit pas et qu’on ne s’entend pas. Il y a des raisons psychologiques bien documentées sur le sujet : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4249988/

On ne se voit donc pas de la même manière que les autres nous voient ou nous entendent.

L’autre, c’est aussi le photographe.

Cet être masqué qui surgit de l’ombre, créé un moment de panique, et fige votre identité pour les années à venir… Vous vouliez avoir l’air « naturel » sur les photos… Vous pensiez que l’effet « surprise » jouerait à votre avantage… Il s’agit simplement d’une question de timing. Celui ou celle qui vous photographiait a évité de figer le moment pendant que vous mangiez, que vous parliez (moment où vous êtes presque assuré d’avoir une tête très bizarre), ou que vous riez aux éclats (le pire moment où votre menton se rentre et où le double menton apparaît!)… Naturel, vous disiez? Malheureusement le phénomène du « frozen face », c’est-à-dire le fait d’isoler une de vos expressions faciales durant un mouvement, aura de grandes chances de donner des résultats peu esthétiques.

D’où l’étiquette de non-photogénie que vous posez comme un autodiagnostic.

Cependant, on le sait, l'apparence que nous avons en photo est déterminée par notre manière de nous tenir. Et personne sauf les modèles (dont c’est le métier, rappelons-le!) savent bouger seul(e)s devant un objectif. Un autre critère objectif susceptible de condamner notre prestance concerne l'optique. La plupart des appareils photo de milieu de gamme sont incapables de rendre parfaitement les volumes et les couleurs. De plus, les ombres, les contrastes, la lumière, sont essentiels. Difficile de tout combiner sur les clichés pris à la va-vite sur un cellulaire.

Tout ça pour vous dire que « être photogénique », ça n’est pas votre rôle! Ce n’est pas votre métier! Tout le monde est photogénique!... avec le bon photographe.

Sa connaissance de la lumière, des angles, de la façon de faire bouger les corps, sont des révélateurs d’âme. Pour que la magie opère, il faut que la personne photographiée ait une bonne estime de soi. (Je vous entends déjà objecter que ça ne risque pas d’être votre cas!... Détrompez-vous, ça non plus, ce n’est pas à vous de le faire). Forcément, cela passe par la confiance. Confiance en soi, ou confiance dans le regard de l’autre qui vous fait vous sentir bien. Et soyons honnête, la confiance dans le regard du photomaton, du téléphone intelligent d’un ami, du « kodak » du cousin ou de la matante lors des réunions de famille, elle est assez limitée.

En effet, il y a photo et photo.

On a souvent à faire à un photographe pour des photos professionnelles ou pour des photos de famille. Celles dont on a « besoin ». Apparemment, faire des photos pour célébrer qui on est et se faire du bien, créer des souvenirs que l’on regardera dans 10, 20, 30 ans ou plus, cela ne nous traverse même pas l’esprit… et pourtant…

Revenons à nos moutons. Se faire photographier, professionnellement, c’est souvent une première fois pour beaucoup. Le malaise s’empare de vous, le stress, l’angoisse… et ses amies les réflexions « je ne m’aime pas en photo », « je déteste les photos », « je ne suis pas photogénique », etc. Mais quand une relation de confiance s’est établie avec le photographe, tout change. La consultation, la rencontre, le café échangé (ou le verre de vin, au choix), vont permettre cette connexion. À ce moment-là, la personne qui vous parle cherche à capter votre âme, pour être à même de créer des images qui vous ressemblent. La séance peut durer plusieurs heures (au studio, en général, comptez trois heures, maquillage et coiffure inclus dans ce temps).

Et vous vous retrouvez confronté(e) de nouveau à cet autre que vous semblez voir pour la première fois. Vous vous découvrez, non comme vous vous voyez dans le miroir le matin (si toutefois vous daignez vous y regarder vraiment), mais comme les autres vous voient. Belle. Rayonnante. Confiante.

C’est la surprise. « C’est vraiment moi, ça? ». Oui. Vraiment.

Les photos finales sont le résultat de cette rencontre de deux âmes.

 

Je coupe les têtes !! (ou comment recadrer des portraits pour leur donner un air plus fashion)

De temps en temps, une cliente me demande: "Gaëlle, pourquoi est-ce qu'il manque une partie de ma tête?"

Voir votre photo avec une partie de votre tête coupée, cela peut être déconcertant. Ça brise les conventions que nous connaissons depuis longtemps . Après tout , quelqu'un qui a grandi en Amérique du Nord et a eu sa photo dans l’album de l’école année après année sait que les yeux vont près du centre de l'image et les têtes sont laissées intactes .

Vérifiez vous-même. Hop! tapoter dans votre navigateur Google cherchez le terme «photos album finissants école secondaire » ou encore « High school yearbook pictures ». Je vais attendre ici pendant que vous le faites…

Vous voyez ce que je veux dire? C’est ce à quoi une photo devrait ressembler ?

... vraiment ?

Y a-t-il quelque chose qui vous saute aux yeux au sujet de ces photos ? Votre recherche d'image a montrer un tas de photos vieillies ou en noir et blanc (particulièrement avec la recherche en anglais)?

Les conventions du portrait ont changé au fil des décennies . J’aime à penser que c’est pour le mieux!

Dans cet article , je vais vous présenter les nouvelles règles du portrait. Je vais tout vous dire sur la façon dont les photographes professionnels modernes utilisent cette nouvelle règle de la mode et leur savoir-faire pour améliorer la façon dont les gens voient votre portrait ou« headshot ».

Comme tant d'autres tendances , le tournant des règles de la photographie de portrait a été amorcée par l'industrie de la mode. Faisons une rapide recherche sur Google concernant les « couverture de magazine de mode ».

Comptez le nombre de fois que les têtes ont été coupées. Et pour celles qui ne sont pas coupées, remarquez qu’il y a très peu d’espace entre la tête et le bord du cadre (de la couverture).

 

Ces cadrages ne ressemblent pas à ce que nous avions l'habitude de voir avec nos vieux albums d’école . Voyez-vous comment les yeux des modèles sont positionnés dans le haut du cadre? Remarquez comment votre regard va droit à leurs yeux , même avec toutes les distractions visuelles de superpositions de mots, les grands cheveux et les gros titres qui tentent d’attirer notre attention .

Que se passe-t-il alors ?

Le contact visuel est une chose puissante. Nous sommes programmés pour nous connecter avec les yeux, non avec le sommet des têtes .

 

Jouons au « bon cadrage , mauvais cadrage ». Regardez ce qui se passe quand nous nous déplaçons dans le cadre d’un portrait. Nous allons utiliser les anciennes règles et les nouvelles règles de cadrage .

Disons que nous voulons montrer un gros plan de la belle Angela. Un gros plan procure une connexion et une intimité supplémentaire. Si nous devions montrer toute la tête et porter notre regard dans le centre de l'image (à la Olan Mills), notre image ressemblerait à l’image de droite ci-dessus. En utilisant la règle des tiers et en la modifiant, sur l’image de gauche, nous créons un effet et un sentiment très différent.

Remarquez comment vous réagissez émotionnellement aux deux images.

Dans l'image sur la gauche, notre modèle respire la confiance, l’assurance, la force.

Nous levons littéralement et métaphoriquement les yeux vers elle. Dans l'image de droite, avec ses yeux positionné plus bas, elle semble plus soumise, plus petite dans le cadre, avec moins d’assurance.

L’industrie de la mode veut que nous regardions nos icônes de la mode avec respect. Plus elles sont hautes dans le cadre, plus nos yeux se laissent emportés vers le haut, à la recherche de cette connexion. Notre cerveau recompose inconsciemment la partie manquante de la tête ronde et on se retrouve avec l'émotion de l'image, sans nous soucier que nos pauvres modèles ont récemment subi des lobotomies.

Mais que faire si vous avez vraiment, vraiment envie de voir le sommet de la tête? Il y a une solution simple à cela. Votre photographe doit reculer de quelques pas. Les règles de composition restent les mêmes mais le sujet devient de plus en plus petit dans le cadre.

Remarquez comment les yeux sont soigneusement alignés le long d'un axe horizontal imaginaire? Dans l'ensemble, je ne dirais pas que le cadrage de l'image est nécessairement "mieux que" la prochaine.

Mais je dirai que, à cette échelle, la plus forte connexion, la plus intime avec le sujet, est l'image dans laquelle le visage remplit le plus complètement le cadre, avec le haut de la tête coupé.

Alors que les cadrages au 2/3 et les cadrages serrés sont les plus populaires pour les « headshots » ou portraits, ils sont aussi les cadrages dans lesquels il manque le plus une partie de votre tête.
 

Vous voulez en savoir plus sur la règle des tiers?

La règle des tiers est un concept artistique de la composition que vous pouvez voir à l'œuvre dans de nombreux chefs-d'œuvre. L'idée est de diviser une image en trois colonnes à la fois horizontalement et verticalement à l'aide de lignes imaginaires. Les compositions les plus agréables sont celles dans lesquelles les points d'impact dans l'image s’harmonisent avec l'un des points d'intersection de la règle des tiers.

 

Rappelez-vous, quand il se agit de portraits ou « headshots », l'impact est dans le regard.

Un exemple classique de la règle des tiers se trouve ci-dessus à gauche. Les yeux sont parfaitement alignés sur la troisième ligne et les points d'intersection s’alignent exactement avec les yeux. Ce serait une cadrage de portrait parfait comme ça. Mais les règles sont faites pour être brisées!

Pour faire en sorte que ma belle Farline soit prête pour une couverture de magazine de mode ou un portrait corporatif captivant, je pourrais prendre une page d’un magazine de mode et placer ses yeux juste un peu plus haut dans la partie supérieure du cadre. Je pourrais aussi ajouter un peu d'impact supplémentaire en inclinant l'image et en la rendant un tout petit peu asymétrique. Prérogative de l'artiste! Les lignes diagonales de sa bouche, les yeux et les cheveux flottants ajoutent à la force de cette image. La seule chose qui manque, c’est le haut de sa tête et ça ne me dérange pas. Je pense que maintenant ça ne vous dérange plus non plus.

 

Maintenant que vous voyez le pouvoir du cadrage, pourquoi ne pas essayer à la maison?

La prochaine fois que vous postez une nouvelle photo de profil Facebook, osez changer le cadrage. Déplacez vos yeux plus haut dans le cadre et voyez comment changer de cadrage va changer la charge émotive. Lorsque vous prenez des photos aussi, déplacez votre appareil photo autour de votre sujet.

Embrasser les nouvelles règles modernes de portrait et amusez-vous!

Je parie que la prochaine fois que vous jetterez un oeil aux magazine de mode, vous hocherez la tête en connaissance de cause, apprécierez vos nouvelles connaissances d'initié au sujet des têtes coupées! :).

 

Vous voulez vivre une expérience digne des célébrités et vous sentir comme une star de magazine? Contactez-nous en remplissant le formulaire ci-dessous.

Name *
Name
Phone
Phone
How would you like to be photographed?

Je rêve d'une couverture de magazine...

Je rêve d'une couverture de magazine qui célèbrerait toutes les femmes, dans toute leur beauté et leur diversité.

Je rêve d'une couverture de magazine qui montrerait à nos filles que la beauté, ce n'est pas seulement un corps jeune, mince, sculpté et svelte.

Je rêve d'une couverture de magazine qui magnifierait une femme, quels que soient son âge, sa taille, ses courbes.

Je rêve d'une couverture de magazine qui mettrait en avant des femmes de tous les jours, notre voisine, notre amie... autant de femmes inspirantes par leur vie, leur combat, leurs réussites...

Je rêve d'une couverture de magazine qui permettrait aux femmes de s'identifier, de les faire se sentir bien, de leur montrer qu'elles aussi elles sont belles, fortes, capables.

Trop souvent j'entends de toutes jeunes filles dire qu'elles ne sont pas assez belles, assez grandes, assez minces, pour être modèles. Trop souvent j'entends des femmes dire qu'elles ne se sentent pas assez belles, pas assez bien. Trop souvent j'entends des femmes dire qu'elles n'en valent pas la peine.

J'ai simplement envie de leur dire qu'elles ont tort, qu'elles sont belles, qu'elles valent la peine. Je veux leur montrer comment je les vois, comment les autres les voient. J'ai envie de leur dire que les couvertures de magazine ce n'est souvent pas la réalité. J'ai envie de leur dire qu'avec un photographe qui sait diriger, elles pourraient faire la même couverture. Et non avec photoshop.

Le magazine Clin d'Oeil semble ouvrir la voie à la diversité corporelle, Elle Québec a déjà publié les photos de magnifiques femmes rondes en couverture, le célèbre calendrier Pirelli célèbre les courbes des femmes pour l'année 2015... Mon rêve deviendra peut-être réalité...

... Mais en attendant, je me suis amusée un peu avec les photos de mes clientes, pour faire quelques couvertures... juste pour vous montrer... (et en toute humilité, ne maitrisant en rien l'art de la mise en page d'une couverture de magazine)

Senior photoshoot on location & behind the scene video

En décembre, j'ai eu la chance de me rendre au Mexique et de réaliser un beau shooting photo pour une adorable jeune fille.

Juliette a 17 ans et vit en Californie. Férue d'équitation, c'est aussi une joueuse de basketball, et une adepte de la boxe, sport auquel elle m'a initié (et j'adore ça!).

Elle a aussi un talent inné pour customiser n'importe quel vêtement ou paires de Converse! C'est incroyable!

Comme toute finissante, Juliette commence une année difficile, mais certainement la plus belle. Un tout nouveau chapitre l'attend à la fin de l'année. Je lui souhaite le meilleur!

Découvrez la vidéo des coulisses de notre séance photo!


Séance photo Glamour avec Sarra Ghribi de Loue 1 Robe

Il y a quelques temps je cherchais une robe de mariée pour une modèle, afin de pouvoir développer le concept Glam the Dress (voir ici!).

Je suivais les aventures de Loue 1 Robe de loin, et je me suis dis que je trouverais forcément mon bonheur chez elle. Je suis donc allée avec Tamara à la recherche de LA robe. Et j'ai rencontré une femme merveilleuse. 

Sarra est absolument fabuleuse! Non seulement c'est une très belle femme, mais en plus, elle sait sublimer le corps de toutes les femmes. Elle est d'une grande générosité, adorable, professionnelle. C'est aussi une fonceuse déterminée qui se donne les moyens de réaliser ses rêves. Bref, une femme comme je les aime! 

Nous nous sommes trouvées rapidement des points communs, et je n'avais plus qu'une idée: la photographier. Sarra est une femme très occupée, mais elle a trouvé un peu de temps pour venir vivre une expérience shooting au studio.

J'ai eu la chance de travailler avec elle a plusieurs reprises, allant chercher des robes pour mes clientes. À chaque fois, c'est magique: elle a LA robe qui va parfaitement avec la femme, quelque soit son âge, sa taille, ses courbes. Elle nous rend belle, tout simplement. 

Si vous n'avez pas encore essayer ses services, je vous la recommande plus que chaudement. Vous pouvez la contacter via sa page facebook, son site Loue 1 Robe.

Réservez une robe pour votre soirée et profitez-en pour immortaliser ce moment avec une séance photo au studio!

Je vous laisse découvrir quelques unes de ses photos (HMUA: Mely Makeup artist)

D'abord les coulisses de la séance:

Et quelques unes des photos:

Recette mijoteuse pour les gourmandes pressées

Ceux et celles qui me connaissent savent que j'aime la bonne bouffe (et le bon vin), et que je passe un temps certain dans ma cuisine (parfois plus que dans mon lit d'ailleurs). Mais en ce moment, j'ai envie de bouffe réconfortante et rapide, et dont la préparation n'envahit pas toute la cuisine... Parce que la vaisselle, j'aime moins...

En parcourant internet à la recherche de LA recette qui me donnerait envie de mettre le nez dehors pour aller faire mon épicerie, j'ai trouvé une recette de soupe Thaï au poulet absolument délicieuse! Alors je partage!

Elle est ici, sur le site du magasine Coup de Pouce:

http://www.coupdepouce.com/blog/2014/02/21/soupe-thaie-au-poulet-a-la-mijoteuse/on-goute

Je n'avais pas de pâte de carry rouge, alors j'ai mis un peu de carry doux en poudre (même quantité), ce qui correspond mieux aux papilles de mon fils de toutes façons.

Le choix des nouilles de riz plates est aussi très important! Si comme moi vous êtes néophytes et vous vous dites que nouilles de riz - vermicelles de riz c'est kif-kif-bourricot, et bien détrompez-vous! J'ai testé (et merdouillé) pour vous: les vermicelles de riz absorbent beaucoup beaucoup beaucoup (c'est-à-dire la quasi totalité) de votre succulente soupe qui a mijoté avec amour pendant 5 heures... C'est bon aussi, mais c'est pas pareil!

Testé, approuvé, et englouti par Alex, qui aura bientôt 3 ans...

 

Et vous? Quelle est votre recette de soupe Thaï au poulet préférée?

I'm enough...

Parce que trop souvent les femmes n'ont pas le temps de prendre soin d'elles,

parce que trop souvent elles n'ont pas conscience qu'elles sont merveilleuses,

parce que trop souvent elles mettent le bonheur et les besoins des autres avant les leurs,

parce que trop souvent elles ne se sentent pas à la hauteur,

parce que trop souvent elles croient cette petite voix négative dans leur tête,

parce que trop souvent elles n'ont pas le temps d'avoir du temps pour elles,

parce que trop souvent elles ne se trouvent pas belles,

je veux photographier TOUTES les femmes qui se sont déjà regarder dans un miroir et ne sont pas senties bien. Je veux leur montrer à quel point elles sont magnifiques. Je veux leur montrer comment je les vois à travers mon objectif. Rayonnantes. Sublimes.

 

Coulisses et séance photo avec Tina

Il y a quelques temps j'ai participé à un évènement pour aider la fondation Rêves d'enfants, organisé par Melle Tina Sebti. Lorsque nous nous sommes rencontrées, j'ai tout de suite été sous le charme de cette jeune femme dynamique et drôle. En plus, elle est intelligente et a depuis peu sa propre entreprise de création d'évènements: Euphoria Créations (https://www.facebook.com/euphoriacreations)

Après une consultation peu ordinaire dans un endroit que j'ai adoré à Montréal (le Deville - Merco Tina!!!!), nous voici au studio! Que de bonheur! Tina est absolument sublime! Quel plaisir de la photographier!

 

Voici quelques images de notre folle matinée!